dimanche 29 mai 2011

Aux Saintes Maries de la Mer







En ce jour de Fêtes des Mères j'ai eu envie de rendre visite à notre mère SARA

Nous sommes passés par le Vacarès et pour ce faire avons pris le bac Bacarin





Sara est encore parée de toutes ses robes et je partage avec vous.



samedi 28 mai 2011

Alma de Fuego Le Vieux Gitan



A savourer

lundi 23 mai 2011

Marseille et les squats en feu




Il y a quelques jours nous nous posions la question des feux qui se déclaraient régulièrement où vivaient des Rrom.

Le journal LA PROVENCE se pose également la même interrogation à lie ci-dessous.

Squats : on joue avec le feu à Marseille

Publié le lundi 23 mai 2011 à 12H48
Trois camps de Roms isolés ont brûlé sans faire de blessés. D'autres sont entourés d'habitations. On redoute le pire.
Des logements, des parkings, des espaces verts… ... La vie va renaître dans le quartier des vieux entrepôts de La Capelette. Mais, pour l'heure, on y frôle la mort. Les Roms surtout. Jeudi, à l'aube, un feu s'est déclaré dans un bâtiment de 400m² jonché de détritus. Deux heures plus tard, une cinquantaine de marins pompiers, avec trois fourgons incendie, réussissaient à le maîtriser. Et à mettre à l'abri les Roms qui vivaient dans des cabanes juste à côté.
Que s'est-il passé ? On sait que les Roms avaient vécu à l'intérieur de l'entrepôt. Après une première expulsion, ils s'y étaient réinstallés et une nouvelle ordonnance de la justice devait les obliger à quitter les lieux avant l'été. Ont-ils mis involontairement le feu ? Un employé municipal, qui connaît bien le milieu des Roms, explique : "Ils ont des pièces dont ils veulent récupérer le cuivre. Ils font alors brûler l'emballage plastique pour pouvoir s'en emparer."
L'incendie est-il né de cette manière ? Le problème n'est pas là. Car le plus préoccupant, c'est que trois incendies ont ravagé des camps de Roms depuis le début du printemps. Le premier s'est produit traverse Mardirossian, à la frontière de Saint-Louis et de La Cabucelle (15e). Le deuxième a ravagé un étrange camp établi au Cap Janet, sous la passerelle de l'autoroute A55. Où les taudis des Roms ont refait surface quelques jours plus tard.
Par bonheur, les trois bidonvilles de La Capelette, de Mardirossian et du Littoral étaient isolés. Pas de victime. Mais d'autres squats sont sortis de terre dans des noyaux villageois. Et on imagine sans mal les conséquences dramatiques que pourrait avoir un incendie, par exemple dans le squat de la Belle-de-Mai qui surplombe la passerelle de Plombières. Assurément le plus insupportable des squats, il contraint les voisins à vivre fenêtres fermées pour se soustraire aux odeurs de détritus et aux mouches.
Un malheur pourrait survenir d'autant plus vite que certains habitants excédés auraient eux-mêmes tenté… d'incendier le squat. Le quartier vit donc avec la menace permanente d'un drame, alors que la préfecture ferme progressivement d'autres squats. Dernier en date : Charpentier, à Saint-Mauront, où près de 150 Roms sur les 2 500 de Marseille se sont retrouvés dans la nature. C'est bien connu : quand un squat est détruit, un autre apparaît très vite.
________________________________________
Un "paquet" de vingt plaintes chez le procureur
Comment éviter une tragédie ? Comment fermer un squat ? José Allegrini, adjoint au maire, chargé des marins pompiers, explique : "Mon souci, c'est le risque encouru dans le squat. S'il y en a un, je prends un arrêté de péril que je notifie aux personnes concernées." Une procédure se met en route et c'est ensuite à la préfecture d'agir.
Dans le cas de La Capelette, c'est l'autre procédure qui a été enclenchée. Le propriétaire du bâtiment a saisi la justice, qui a ordonné l'expulsion. "Les Roms devaient déjà partir au mois d'août de l'année dernière, assure ce dernier. Mais ils sont revenus. J'ai eu une autre ordonnance en avril. J'aurai tout fait pour en finir avec ce squat."
L'expulsion serait programmée pour début juin. Une épine en moins dans le pied de la Ville. Encore faudra-t-il que, comme pour le bidonville de Saint-Mauront début mai, les cabanes soient détruites. Ce qui empêchera les occupants de revenir. Mais, en ce qui concerne la Belle-de-Mai, le dossier le plus "chaud" à ce jour à Marseille, rien n'est réglé. José Allegrini : "Le problème, c'est que le terrain où sont installés les Roms appartient à la Ville et à deux privés différents. De son côté, la Ville a fait le nécessaire pour évacuer les occupants. Un des privés a fait de même. Mais ça bloque avec le troisième, qui ne veut pas engager de frais. Je pense qu'il ne veut pas prendre d'avocat."
Maryline Boley, une habitante de la Belle-de-Mai parmi les plus remontées, confirme : "Il y a un propriétaire qui ne fait rien. Et ça ne peut plus durer. Je suis en train de récolter les plaintes des voisins. Je vais en déposer une vingtaine sur le bureau du procureur." José Allegrini sait qu'il y a urgence : "J'ai des pouvoirs de police générale et j'ai demandé à mes services d'étudier ce dossier sous cet angle-là. Je me suis fixé la date du 1er juin pour faire l'état de dangerosité de ce squat."
Et brandir l'arme de l'arrêté de péril. Le bidonville de la Belle-de-Mai vit-il ses dernières heures ? La préfecture pourrait ne pas chômer ces prochains mois. Car au-delà de ce squat, il y a d'authentiques "villages" qui ont poussé dans le même secteur. Sous la passerelle de Plombières, existent deux autres squats, dont un dans un immense entrepôt. Et puis, il y a le bidonville de la rue Auphan, à Saint-Mauront, dont la "mort" serait programmée. Que deviendront les Roms ? Il est temps de trouver les logements que les associations réclament. Mais ça, c'est une autre histoire.


Il est vrai que pour les voisins les conditions de vie des Rrom ne sont pas agréables mais encore moins pour les Rrom.

Quant à l'employé municipal qui parle dans le journal lui il a la chance de pouvoir travailler et les Rrom essaient eux de survivre avec ce qu'ils savet faire : la ferraille

dimanche 22 mai 2011

24 mai Sainte Sara




Oui dans deux jours c'est la procession à Sara. Elle sortira de la crypte et sera menée à la mer.

Cela fait trois années que je ne vais plus aux Saintes Maries de la Mer le 24 mai. Vous vous demandez pourquoi eh bien je vais vous le dire.

Auparavant, pour ces jours, Sarah et les Vierges, les plages et l'église étaient réservées : l'église aux prières et la plage attendait les Saintes.

Maintenant il n'y a plus rien de CORRECT. Effectivement certaines personnes entrent dans l'église en tenue plus que décontractée : maillot de bain. Sans vouloir jouer la prude je pense qu'il faut avoir un minimum de respect mais cela plaît à tout le monde!
Quant à la plage auparavant il était demandé à ceux qui bronzaient pour ces jours de processions de se déplacer pour recevoir dignement Sara sur la plage. Maintenant certaines femmes bronzent les seins nus.

Alors tous ces éléments mis bout à bout m'ont conduit à me rendre aux Saintes avant ces dérives. Aujourd'hui je me suis rendue à la crypte, je suis allée voir Sara ....

Mais dans les rues des Saintes shorts, tenues plus que légères, bientôt l'on va se croire à Saint Tropez et non plus aux Saintes.

jeudi 19 mai 2011

Les camps dits illicites partent en fumée




Incendie de ce matin : une quarantaine de Roms évacués

http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/incendie-de-ce-matin-une-quarantaine-de-roms-evacues

Les habitations de Roms étaient situées juste à côté de l'entrepôt en feu.
Photos Marins-pompiers de Marseille
Ce matin à Marseille dans le 10e, un feu d’entrepôt désaffecté a eu lieu à hauteur de la traverse du Panthéon. Pour rappel, 400 m² sont partis en fumée et une quarantaine de Roms qui vivaient dans des habitations précaires situées dans la cour de ce bâtiment ont été évacués.

Une cinquantaine de marins-pompiers et 14 engins ont été engagés sur cette intervention. Dans le détail : 3 fourgons incendie (FI), 2 échelles (EPA), 1 Dévidoir automobile grande puissance (DAGP) pour la lutte contre l’incendie et 3 Véhicules de secours et d’assistance aux victimes (VSAV), un véhicule médical de soutien (VMS) avec un médecin du SMUR pour la gestion sanitaire des personnes présentes sur le site.


N'est-il pas surprenant d'entendre à tout moment qu'un incendie s'est déclaré où vivaient des Rrom dans des camps dits illicites? Est-ce une façon détournée de détruire le peu que les Rrom possèdent?

Enfin toujours est-il aujourd'hui encore ces familles ont tout perdu.

mercredi 18 mai 2011

MANOLO nous a quitté



Adieu l'artiste la Camargue est en deuil le cousin de Manitas est parti trop tôt

Une pensée pour son fils Ricao, avant qui il chantait et toute la famille

LA RACE HUMAINE demande une justice EQUITABLE




Le combat pour la reconnaissance du génocide des populations tziganes se doit de prendre impérativement une autre dimension sous peine, pour nous, de voir la légitimité de cette exigence repoussée aux calendes grecques. La preuve vient ici sous vos yeux alors qu’existe en France une loi dite « Loi Gayssot » contre le négationnisme.

Le Sénat a repoussé, à la majorité le 04 mai 2011 la Reconnaissance du génocide arménien ceci afin peut-être de donner un blanc seing à l’état turc.

Alors nous allons maintenant nous faire l’avocat du diable dans le génocide arménien : la France n’était pas impliquée directement mais comme beaucoup de nations européennes elle n’est pas intervenue, devenant ainsi, comme beaucoup d’autres, un acteur passif de cette ignominie.

Dans le génocide tzigane, la France a été un acteur actif des déportations des tziganes comme dans celle des populations juives. Alors pourquoi en reconnaître un et pas l’autre alors que l’Allemagne à elle reconnue ce Samudaripen (meurtre collectif).

Bien loin de nous l’idée de discriminer telle ou telle ethnie, et nous ne disons pas race, car pour nous une seule race existe c’est LA RACE HUMAINE.

Que nos amis arméniens soient assurés de notre soutien total, nos amis juifs également mais aussi toutes ces ethnies et elles sont légions, car le 20ème siècle a vu un tel déferlement de dictateurs coupables de crimes contre l’humanité ou ayant, de près ou de loin participer passivement ou activement, qu’il se passera longtemps pour en voir autant dans une époque définie.

Aujourd’hui il faut clamer haut et fort PLUS JAMAIS CA et pousser le maximum de personnes à signer la pétition pour la reconnaissance du génocide tzigane mais également mettre tout en ouvre pour aider nos amis arméniens et toutes ces ethnies ayant subies un génocide.

Pour ce faire, dépasser les clivages politiques, associatifs, syndicaux, etc. est la base de la réussite car nos anciens, du fond de leur tombe ou charnier, crient justice mais pas vengeance. Car s’ils criaient vengeance, à terme, nous deviendrions pareils que les bourreaux qui ont exterminés nos populations.

Mobilisons-nous, signons et faisons signer la pétition pour la reconnaissance du génocide tzigane.

lundi 16 mai 2011

Encore une fois des caravanes détruites par le feu !

Incendie hier : 4 caravanes détruites sur 300 m²

Publié le lundi 16 mai 2011 à 11H41 La Provence

Hier, le vent soufflant à près de 60 km/h, n'a pas facilité la tâche des sapeurs-pompiers intervenant à Manosque pour un incendie en zone Saint-Maurice - plus précisément sur l'aire quittée vendredi par les gens du voyage sédentarisés qui emménageaient dans les maisons.
Le feu a détruit quatre caravanes et un appentis en bois sur une surface de près de 300 m². Une trentaine de pompiers venus de Manosque mais aussi de Sainte-Tulle, Volx et Gréoux sont intervenus. Hier, l'origine du sinistre était indéterminée.


Il est à souligner que c'est encore la même famille de Volx/Manosque qui a été touchée

jeudi 12 mai 2011

Génocide tzigane oublié


Allemagne: verdict imminent pour l'un des derniers procès des crimes nazis
Le verdict contre John Demjanjuk, accusé de participation à l'Holocauste comme garde de camp d'extermination, est prévu pour 10H30 GMT, a annoncé jeudi le président du tribunal de Munich (sud).

John Demjanjuk, revêtu de jeans bleus et d'un tee-shirt gris et portant ses éternelles casquette de base-ball et lunettes noires, est resté silencieux lorsque le juge lui a demandé s'il avait quoi que ce soit à dire avant le verdict, .
Le juge a également demandé tour à tour à tous les avocats s'ils avaient quelque chose à ajouter, ce que ces derniers ont décliné.
Après quelque 18 mois de procès, le tribunal devrait dire si cet apatride d'origine ukrainienne âgé de 91 ans est complice du meurtre de près de 27.900 Juifs au camp de Sobibor (Pologne), où il a été garde durant six mois en 1943, selon l'accusation.
Le procureur a réclamé six ans de prison sur les 15 qu'il encourt au maximum. L'accusé, qui a gardé le silence, nie les faits, et sa défense a réclamé l'acquittement de cette "victime de la justice allemande".
L'accusation ne disposait d'aucun témoin direct ou document compromettant, sinon une carte des SS établissant sa qualité de garde à Sobibor, récusée par la défense comme étant un faux de l'époque soviétique.
Pour la défense, rien ne prouve que Demjanjuk était à Sobibor et, s'il y était, soldat de l'Armée rouge prisonnier des nazis, il n'a agi que contraint et forcé.
Demjanjuk, qui avait été expulsé il y a deux ans des Etats-Unis où il vivait depuis les années 50, après une longue bataille juridique centrée sur sa santé qu'il présente comme chancelante, a assisté aux débats en brancard ou en chaise roulante.
Son procès sera l'un des derniers des crimes nazis, avec celui du Hongrois Sandor Kepiro, 97 ans, qui vient de débuter à Budapest.
Mais après l'Allemagne l'Espagne veut le juger pour avoir été garde dans un autre camp de concentration où sont morts des prisonniers espagnols.
http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/article.aspx?cp-documentid=157443197



Ces procès sont bien mais tardifs. Des témoins de ces atrocités sont pratiquement tous morts et leurs bourreaux sont très âgés. Alors comment vont-ils pouvoir purger leur peine à comparer des horreux qu'ils ont fait.

Pour une justice équitable il serait souhaitable que tous les génocides de cette époque soient reconnus c'est pour cela que nous vous demandons de signer la pétition.

mardi 10 mai 2011

un Camp Tzigane où il Ferait Bon Vivre volet 4



Fin

Un Camp Tzigane où il Ferait Bon Vivre volet 3



A suivre

Encore un squat à Marseille, rue de Lyon, détruit par un feu



Cela va faire un an que monsieur SARKOZY demandait l’évacuation des camps dits illicites et cela se fait.

Mais également depuis le mois de juillet 2010 on ne compte plus les feux qui détruisent les squats dans toute la France. Est-ce une façon indirecte d’évacuer ces camps.

Lors de ces incendies, tel qu’aujourd’hui il y a eu deux caravanes détruites, les occupants perdent tout. Il ne faut pas oublier que les occupants « illicites » ne possèdent pas grand-chose et ce « pas grand-chose » part en fumée et ils n’auront aucune indemnisation.

Hier nous étions en réunion pour le C.A.R.G.T. où nous débattions des années noires pour la reconnaissance du génocide tzigane. Mais toutes les actions depuis un an nous font remonter de très mauvais souvenirs et l’on se pose des questions.

Outre l’évacuation des camps dits illicites par toutes formes possibles il y a des membres de la communauté gitane qui meurt sous les balles de personnes irresponsables telles que le petit Tolcio, 15 ans, il y a huit jours à Marseille pour une tentative de vol d’un ordinateur !

Rappelons-nous les affaires Joseph GUERDNER à Draguignan, Luigi DUQUENET à Saint-Aignan, aujourd’hui Antoine RODRIGUEZ (Tolcio) où vont s’arrêter ces drames.
Rappelons également Boï condamné à détruire sa Yourte construite sur un terrain lui appartenant depuis 17 ans qu’il a payé de ces deniers. N’oublions pas le vice président de notre association, également propriétaire de son terrain, ferrailleur de son état, interdit d’exercer sa profession sur son propre terrain. Un arrêté municipal sur la commune des Saintes Maries de la Mer qui interdit nos sœurs de dire la bonne aventure …….

Notre association, dans tous les faits précités, a toujours appelé au calme en comptant sur une justice égale pour tous mais les accumulations des faits en notre défaveur finira, inévitablement, à ce que nous ne soyons plus écouter dans nos appels au calme

Les années noires contre notre ethnie sont-elles de retour ?

dimanche 8 mai 2011

Le chant des partisans - Philippe Léotard



D'actualité et en plus dans cette vidéo il y a des images criantes de vérité et poignantes. A certains endroits je repense à mon père cheminot qui a fait de la résistance à la SNCF avant d'être arrêté et déporté

8 Mai 2011 : 66 ans aujourd'hui


Les élus : Conseil Général, Conseil Régional, Mairie, Communauté urbaine .....






A 15 h 00 le 8 Mai 1945 était déclarée la fin de la guerre après cinq ans d'horreur.

En ce jour de mémoire, nous étions réunis au Fort Saint Nicolas à Marseille pour rendre hommage à tous les combattants de cette guerre

jeudi 5 mai 2011

Antoine RODRIGUEZ dit TOLCIO est parti



Il avait 15 ans, habitait Marseille avec sa famille et il vient d’être arraché à la vie

Il fait bon le soir donc il « trainait » avec des collègues, dont un souhaitait un « ordi ». Il l’avait repéré dans une société de gardiennage et après la fermeture avaient décidé de pénétrer dans les locaux vides mais c’était sans compter que certaines personnes, non concernées guettent et décident de faire justice.

Antoine et son copain tentent d’entrer dans les locaux vides quand un voisin s’empare de son arme et tire SUR ANTOINE et le tue.

Son copain, sous le coup de la peur se rendra quelques heures plus tard à la gendarmerie en ramenant l’ordinateur en question. Il vaut de l’or cet ordinateur il a couté la vie d’Antoine.

Mais de quoi s’est mêlé cet homme qui n’était en rien concerné par ce vol ?

Ce soir, 5 Mai 2011 à 18 h 00 au moins 1 600 personnes ont fait une marche silencieuse à la mémoire d’Antoine et cela dans la sérénité en croyant à la justice française.

Nous souhaitons que cette assassinat ne reste pas impuni car il est INTERDIT DE FAIRE JUSTICE SOI-MÊME.

mercredi 4 mai 2011

Energie n°355







Nous tenons à remercier la Ville de Gardanne pour l'aide apporter lors de cette journée et du clin d'oeil sur le journal d'information de la ville

Pétition sur "Comité d'Action pour la Reconnaissance du Génocide Tzigane" : Site de pétitions en ligne

Pétition sur "Comité d'Action pour la Reconnaissance du Génocide Tzigane" : Site de pétitions en ligne

A nouveau je reviens vers vous pour la pétition Signez et faites signer vos amis

Quand vous avez entrer toutes vos coordonnées, ensuite "mesopinions.com" vous envoie un mail vous demandant de confimer votre participation IMPORTANT n'oubliez pas de valider votre signature

MERCI A TOUTES ET A TOUS car il serait souhaitable que cette loi soit votée

lundi 2 mai 2011

Quand les évangélistes gitans font un rassemblement c’est le scandale


Entre 2 000 et 4 000 adeptes des musiques électroniques se sont pressés à la "teuf", faisant fuir les troupeaux des éleveurs locaux et dégradant un site naturel protégé.
Photo Nicolas Vallauri


Accueil › À la une - Arles Journal LA PROVENCE
Bientôt une guerre raveurs-agriculteurs dans la Crau
Publié le lundi 02 mai 2011 à 14H16
Un festival de musique électronique illégal dure depuis vendredi soir. Une "catastrophe"

"On ne fait rien de mal ! On est au milieu de rien du tout, on ne dérange pas de voisins, on écoute notre musique au soleil : c'est la fête", expliquait hier Lætitia, jeune "teufeuse" rencontrée sur les lieux du festival de musique électronique organisé illégalement en bordure de la RN 568 (route de la Crau) entre Mas-Thibert et le rond-point de la Fossette, depuis vendredi soir. Ce que la jeune femme ne savait pas, c'est que l'endroit est un site naturel protégé de la réserve naturelle des Coussouls.

Un champ avec bergerie sur lequel trainait hier matin quantité de cannettes de bières, de cartons, de mégots… Une "véritable catastrophe" selon Jean Boutin, directeur de la réserve, catastrophé de voir des centaines de voitures traverser une zone de nidification exceptionnelle des faucons crecerellette. "80% de la population française vient nicher ici, en terme de dérangement en pleine période de reproduction, on ne peut pas faire pire" se lamentait-il, impuissant. Car avec environ 1 000 "raveurs" (chiffre officiel des forces de l'ordre, sous-estimé selon certaines sources qui parlent de 3 à 4 000 participants), ce sont des dizaines et des dizaines de véhicules qui ont arpenté les pistes de toute la plaine pendant deux jours.

Mais ce n'est pas seulement pour la sauvegarde du site que gendarmes et surtout, agriculteurs, se sont mobilisés. En effet, une cinquantaine d'agriculteurs, essentiellement des éleveurs, ont piqué une grosse colère après que des raveurs s'en soient pris à un berger. "Samedi matin, un troupeau de brebis a été retrouvée sur le bord de la route. Les clôtures avaient été démolies, le parc cassé...… Mais quand le berger est arrivé, il a vu un chien tourner autour d'un petit agneau qui venait de naître. Il a donc attrapé le chien mais sa propriétaire s'est mise à pleurer et des jeunes se sont mis à le caillasser : il a dû être emmené à l'hôpital", fustigeait Rémy Benson, président du Syndicat des éleveurs bovins des Bouches-du-Rhône.

Des gendarmes pas assez nombreux

Qui soulignait que ces terres représentent leur outil de travail. "On ne peut pas rester indifférents ! On entretient ce lieu, on se bat pour perdurer mais c'est nous qui passons pour les méchants." L'éleveur saint-martinois faisait allusion à l'initiative prise par les agriculteurs en début de matinée hier: un barrage filtrant pour empêcher de nouveaux fêtards d'arriver. Car force était de reconnaître que les gendarmes n'étaient pas assez nombreux pour juguler le flux de véhicules arrivant de toutes parts. "Quand on fait une manifestation, y'a 300 CRS pour 50 agriculteurs et là, il n'y a personne", s'enflammait un autre agriculteur.

Qui a pu discuter directement avec le sous-préfet d'Arles, venu sur place tous les jours. "La priorité était de sécuriser la circulation sur cet axe mais une vague d'évacuations n'est pas possible. Il ne faut pas aller à l'affrontement" déclarait Pierre Castoldi, en expliquant qu'il aurait été dangereux d'envoyer sur la route des conducteurs pas tous en état. Grâce à des renforts du PSIG, une cinquantaine de gendarmes arlésiens était mobilisée pour faire passer des alcotests à tous les conducteurs quittant le site.

Mais pas de dépistage de stupéfiants, là encore par manque de moyens humains…... "On veut qu'ils nettoient avant de partir, ce ne sont pas les éleveurs qui vont encore le faire" insistait Rémy Benson avant de lever le barrage filtrant en début d'après-midi. Et de prévenir : "La prochaine fois, c'est nous qui leur interdirons de passer… même si nous devons nous montrer violents pour cela !"
Aveline LUCAS



Lors de ces rassemblements la seule chose qui est diffusée en masse est la parole de Dieu mais pas d’alcool, pas de drogue.

Dans le cas ci-dessus, saccage de la nature, agression d’une personne etc… mais c’est une rave party et l’alcool qui coule à flot avec des stupéfiants sont deux choses qui font marcher l’économie !

Un scandale de notre société actuelle.

Médicaments à vignette bleue moins bien remboursé




Le taux de remboursement passe à 30 % à partir du 2 mai 2011Publié le 2.05.2011
A compter du 2 mai 2011, le taux de remboursement des médicaments à vignette bleue passe de 35 % à 30 %.

Ce nouveau taux de remboursement concerne aussi les médicaments homéopathiques et certaines préparations dont le Service médical rendu (SMR) est considéré comme modéré. Les taux de remboursement des médicaments varient de 100 % pour les médicaments à vignette blanche barrée (médicaments reconnus comme irremplaçables et coûteux) à 15 % pour les médicaments à vignette orange (médicaments à SMR faible).

Ce nouveau taux fixé à 30 % fait suite à la loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

dimanche 1 mai 2011

Les Princes du Bac du Sauvage



Quand nos jeunes s'indignent en guise "d'armes" ils prennent leur instrument et font sur de la musique leur renvendiquation pour mieux faire passer le message